J’ai gouté : le Sabina blanc 2016 du Clos del Rey

Chers lecteurs,

Une fois n’est pas coutume, c’est avec Fred de faire-ca-soi-même.fr que nous avons décidé de rendre visite, en ce début d’automne, à Julien Montagné du Clos del Rey.

Malheureusement, et ce malgré un mois d’Octobre placé sous le signe d’une chaleur et d’un ensoleillement exceptionnels, c’est sous un ciel très bas, gris et menaçant que nous partons pour Maury.

 

Quelques mots sur le vigneron

C’est donc sur le territoire de Maury que nous venons à la rencontre de Julien , un de ces jeunes vignerons (36 ans) au parcours sinueux et qui se retrouve dans le monde viti-vinicole non pas par dépits mais bien par Passion. Il prend d’ailleurs la relève de son père Jacques bien volontiers. Et cette passion on la ressent immédiatement alors qu’il nous transporte dans ses chères vignes.

Les vignes du Clos del Rey se situent essentiellement sur deux zones bien distinctes. La première, plutôt en altitude (environ 300 mètres) avec des sols marno-schisteux, schisteux et avec la présence de veines calcaires. On y trouve essentiellement de la Syrah et des Carignans dont une parcelle âgée de 120 ans !!!

Le paysage est magnifique, et le calme règne malgré la forte tramontane. La garrigue environnante et omniprésente nous embaume de senteurs de romarin.

Julien a le projet de planter quelques pieds de grenache blanc dans le secteur (notamment près de la bergerie que l’on retrouve sur toutes les bouteilles) pour ses futures cuvées.

La deuxième partie des vignes se situe sur un plateau entre Estagel et Maury, avec des sols plutôt argilo-calcaire et caillouteux. On y retrouve à nouveau des carignans essentiellement.

Jusqu’à maintenant, le Clos del Rey produisait trois cuvées en rouge : Le clos del Rey, l’aragone (Dont vous pouvez retrouver un article de mon ami Frédéric ici ) et le Sabina.

Julien a décidé (c’était une volonté depuis un petit moment) de décliner le Sabina en rosé et en blanc avec des vignes sur sol graniteux en altitude (entre 500 et 600 mètres) situées sur Tarayrach.

Cette altitude garantit à ces vins une très belle fraîcheur en bouche.

Le choix du vin : Sabina blanc 2016

Comme je connaissais déjà le Sabina rouge et l’Aragone, et que je suis amateur de vins blancs plutôt vifs et qui apportent fraîcheur au palais, je me suis logiquement orienté vers la cuvée Sabina en Blanc qui, sur le papier, nous promet tout ce que je recherche. Le Sabina blanc est élaboré pour majorité de Vermentino (rolle) et un peu de grenache blanc.

A noter que le Sabina Blanc est signé Julien Montagné pour Clos del Wines.

Visuellement, la robe est d’un beau jaune pâle, limpide avec des reflets nacrés.

Le nez est dominé par des notes citronnées et de fruit à chaire blanche accompagné de quelques notes florales comme la fleur d’acacia.

En bouche l’attaque est franche, tendue et on retrouve bien les notes d’agrumes. La fraîcheur est bien présente et c’est un atout majeur. Le vin jouit d’une très belle acidité en partie due au millésime récent (2016).

Le Sabina blanc tient donc toutes ses promesses et l’effet « altitude » joue bien son rôle sur la fraîcheur de cette cuvée.

Pour l’occasion, je l’ai associée avec une assiette de crevettes- mayonnaise et endives avec une réduction de vinaigre balsamique.

 

Sabina blanc est d’un très bon rapport qualité prix (comme toutes les cuvées du Clos del Rey) puisqu’on peut le trouver à environ 8,50€ chez les cavistes du département ou directement en contactant Julien Montagné.

Merci encore à Julien pour son accueil et la transmission de sa passion et à très bientôt sur le blog.

BFox est un épicurien du Roussillon, il vous partage ses meilleures recettes et bouteilles !

Laisser un commentaire