J’ai goûté : la cuvée François Arago 2002 des vignerons des côtes d’Agly (Rivesaltes Hors d’Âge)

Chers lecteurs de Melt & Co,

Après un mois de janvier assez mouvementé entre célébration du nouvel an chinois et plusieurs sessions du WSET (le tout dans la langue de Shakespeare), je suis heureux de vous retrouver cette semaine avec ce nouvel article sous le signe du Roussillon, comme c’était le cas à l’accoutumée. C’est en participant à une vente flash d’un gros distributeur à Singapour que j’ai eu le plaisir de retomber nez à nez sur un vin issu d’une célèbre cave coopérative, et dont j’avais auparavant eu l’occasion de goûter lorsque j’étais encore caviste sur la côte Vermeille. Et même s’il s’avère que j’ai pour habitude de parler de vignerons indépendants, qu’ils soient dans le Roussillon ou ailleurs, exceptionnellement cette semaine j’ai décidé de déroger à la règle en consacrant cet article à cette cave coopérative qui se situe sur plusieurs des fameux terroirs de l’Agly et dont le savoir-faire depuis 1910 a donné naissance à de bien belles liqueurs de raisins. Direction le Roussillon, dans les hautes terres de l’Agly où j’ai pu (re)découvrir un joli (mais bourré de caractère) Rivesaltes Hors d’Âge des célèbres vignerons des côtes d’Agly.

Cela peut paraître anodin : du fromage à pâtes persillées et un Rivesaltes à l’apéritif… Mais détrompez-vous se procurer ces produits est loin d’être aisé lorsqu’on fait son rationnement sous les tropiques. 

Quelques mots sur le vigneron :

Fruit de la fusion entre plusieurs vignerons, la cave des vignerons des côtes d’Agly est l’une des premières coopératives productrices de vins dans l’AOP Côtes du Roussillon. Dans cette étonnante mosaïque des terroirs de la vallée de l’Agly, la cave qui existe depuis déjà 1910, s’avère être un regroupement de pas moins de 250 vignerons qui œuvrent au quotidien pour les soins de la vigne, et la confection de vins de qualité.

Aujourd’hui avec près de 21 cépages différents sur près de 1150 hectares, la cave produit désormais un peu plus d’une trentaine de vins différents issus des 5 villages emblématiques qui représentent les côtes d’Agly. En commençant par Estagel, Lesquerde, Caudiès de Fenouillèdes, en passant par Montner et St-Paul-de-Fenouillet.

La vallée de l’Agly a été de tous temps le refuge des aigles, dont elle tire son nom. L’oiseau est naturellement devenu la signature de la cave.

Située entre la chaîne des Pyrénées et la mer Méditerranée, la vallée de l’Agly bénéficie d’un micro-climat exceptionnel avec notamment des hivers doux, et des étés chauds et secs. Comme à son habitude dans le Roussillon, la présence de la tramontane s’avère être un avantage non négligeable et contribue à la bonne santé phyto-sanitaire et a facilité la conversion en agriculture biologique de plusieurs des vignerons de la cave coopérative.

De cet éloignement de la mer qui a pour effet de renforcer la chaleur en été mais aussi de par cet environnement minéral qui restitue la chaleur durant les nuits d’été, découlent la richesse et la complexité de ce terroir aux reliefs contrastés et essentiellement constitué de garrigues. Enfin et loin d’être anodin, l’altitude, l’exposition du terroir, mais surtout la nature des sols variée apporte une réelle et propre identité à chacun des vins de la cave.

La barre calcaire du massif des Corbières à Caudiès, l’arène granitique de Lesquerde, et les schistes noirs de Montner, 

Parmi le label côtes d’Agly, on retrouve 5 communes à la géologie complexe et marquée qui apportent qualités aromatiques et expression aux vins. En commençant par le fameux terroir de Montner, ce petit village dont le nom signifie en catalan « Montagne Noire » s’avère être le terroir caractéristique des schistes noirs du Roussillon. Cette pierraille ayant tendance à accumuler la chaleur du sol et sert de substrat à la vigne, apporte complexité et intensité aux vins.

On retrouve également le vignoble de Lesquerde, qui perché à 350 mètres d’altitude, offre un potentiel et pas des moindres, son arène granitique résultat de l’érosion se distingue par une variété unique de paysages dénivelés et par d’impressionnantes falaises de calcaire blanc offrant ampleur, fruité et minéralité aux vins.

Enchâssé entre ses immenses falaises calcaires, le petit village de Saint-Paul-de-Fenouillet apporte aussi son lot d’intérêts lorsqu’on sait que sa typicité géologique composée essentiellement de marnes noires (mélange de calcaire et d’argile) s’avère régulièrement bien drainées empêchant l’eau de stagner et offre généralement puissance, charpente ainsi qu’un soupçon d’élégance.

Paysage du petit village de Montner surplombé par la vigne.

Aux portes des Pyrénées et du Château de Puilaurens, la plus occidentale des communes de l’Agly, Caudiès de Fenouillèdes se distingue, comme pour Lesquerde, par une altitude moyenne légèrement élevée de 350 mètres et par ses sols de colluvion.

Enfin la célèbre commune d’Estagel, berceau du scientifique catalan François Arago, dispose d’un vignoble très étendu et particulièrement diversifié de par ses sols argilo-calcaires donnant des vins à la fois fermes et à la couleur soutenue.

La barre calcaire du massif des Corbières dans les Fenouillèdes.

Le choix du vin : La cuvée François Arago des vignerons des côtes d’Agly (Rivesaltes Hors d’Âge)

La cuvée François Arago est un Rivesaltes 100% Grenache noir. Ce même Grenache a obtenu la médaille d’or au Grenache du monde 2015.

Visuellement, le vin dévoile une robe tuilée et moyennement intense aux nuances brunes. Propre et limpide, en versant le contenu dans le verre on observe également que le vin est très dense, liquoreux et a beaucoup de matière. Le jambage est important (voir photo) et trahi les quelques 15.5% d’alcool dans la bouteille.

Le nez s’avère net et intense. On découvre toute la richesse d’un Rivesaltes qui a déjà quelques années derrière lui. Des notes de fruits secs premièrement : la noix, la figue et le pruneau sont bel et bien au rendez-vous. Complexe, il dévoile également sur la longueur de fines notes empyreumatiques, de cacao et de marc de café.

L’attaque en bouche s’exprime franchement, mais s’avère aussi ronde et ample à la fois, toute en douceur. Le vin révèle un panel aromatique riche et varié. On retrouve les précédents arômes de fruits secs avec le pruneau, la figue et les dattes sèches. Enfin sur la finale on distingue des notes chocolatées, ainsi qu’un soupçon de moka. Toutefois on dénote un petit bémol, et on reproche gentiment le manque d’acidité qui rend la finale un peu « pâteuse », qui manque de fraîcheur.

La bouche est douce, et ample à la fois. On ne réalise que difficilement les 15.5% présents dans la bouteille.

Pour conclure, comme à son habitude les vignerons des côtes d’Agly nous propose un vin doux naturel d’un excellent rapport qualité / prix pour un traditionnel Rivesaltes Hors d’Âge déjà âgé de 15 ans. À 12.30€ prix moyen pour la bouteille, le vin est déjà de très bonne facture et offre la richesse et la complexité qui est requise à tout bon vin de méditation. À servir entre 11 12° accompagné de toasts agrémentés de fromage à pâte persillée, pour les gourmands d’un brownie maison au noix ou encore d’une forêt noire, ou enfin tout simplement en tant que vin de méditation après le repas, en terrasse avec un havane.

En direct de Singapour, c’était Frédéric pour Melt&Co. Merci pour votre lecture et à très bientôt pour de nouvelles chroniques.

Après plusieurs années d’études vitivinicole, et plusieurs expériences professionelles notamment dans la rayonnante Collioure, je vous invite à découvrir à travers mes articles, la richesse et la complexité des vins du terroir catalan. À déguster sans modération.

Laisser un commentaire